picto_fleche_gauchepicto_fleche_droite

 

 

MARS
mardi 31 : 20h
AVRIL
mercredi 1er : 20h

                             PETIT-QUEVILLY          THÉÂTRE DE LA FOUDRE

 

 

Congo Brazaville
Une danse physique qui donne à voir la mort en face

Avec Au-delà, le danseur et chorégraphe congolais DeLavallet Bidiefono parle de sa relation intime à la mort et comment les gens de son pays s’en arrangent aujourd’hui. Raconter comment ce rapport particulier avec l’« Au-delà » a nourri son engagement artistique et son positionnement politique.

À Brazzaville, la mort est au coeur du quotidien. « Brazza la verte » est une petite capitale qui peut sembler paisible, mais on y a parfois la sensation que la vie ne tient qu’à un fil. D’abord, il y a la guerre civile. Un souvenir encore brûlant dont on n’aime pas parler, mais qui fait encore sursauter au moindre bruit ou mouvement inhabituel. Et puis il y a l’aujourd’hui. La moindre petite fièvre peut être fatale au plus costaud.
À Brazzaville, la mort ne passe pas inaperçue. Elle est là et c’est ainsi, elle n’a pas à se justifier.
Les artistes de ce pays apparaissent comme les guerriers d’un combat pour la survie. DeLaVallet Bidiefono est de ceux-là. À travers la danse contemporaine, il se bat pour une liberté d’expression et pour faire avancer la société congolaise. Mais se lancer dans la danse, à cette époque et à cet endroit, est comme flirter avec la mort.
Travailler des jours durant sans pouvoir se nourrir, c’est un peu comme se projeter hors de son corps pour trouver la force de danser. Une certaine spiritualité et sa relation avec « l’autre monde » ont permis à DeLaVallet Bidiefono de tenir et même d’avancer.
C’est ce que raconte Au-delà, dans une danse survivante, qui vit plus fort, qui bat plus fort, entre cavalcades stupéfiantes et effondrements vertigineux, emportée par le rythme des mots, de la musique et des chants en live.

À l’issue de la représentation du mercredi 1er avril, rencontre avec l’équipe artistique traduite en langue des signes.

durée environ 1h10
tarif plein : 18 €
tarif réduit : 13 €

PICTOS-3

 

chorégraphie
DeLaVallet Bidiefono
texte
Dieudonné Niangouna
musique
Morgan Banguissa
DeLaVallet Bidiefono
Armel Malonga
avec
DeLaVallet Bidiefono
Destin Bidiefono
Ingrid Estarque
Ella Ganga
Nicolas Moumbounou
(en cours)
chanteur
Athaya Mokonzi
musiciens
Morgan Banguissa
Armel Malonga
création lumières
Stéphane Babi Aubert
création sonore
Jean-Noël Françoise
constructeurs
Laurent Mandonnet
Salem Ben Belkacem
administration, production et diffusion
Antoine Blesson
Émilie Leloup
assistés de
Léa Couqueberg

 


 

Production déléguée : Le Grand Gardon Blanc / Compagnie Baninga – Coproduction : Festival d’Avignon, Théâtre Paul Éluard / Choisy-le-Roi, Parc de la Villette (résidence d’artistes 2013), Le Carré Sainte-Maxime, Châteauvallon centre national de création et de diffusion culturelles – Avec le soutien de la Région Île-de-France, du Conseil général du Val-de-Marne, de l’Institut Français dans le cadre du programme Afrique et Caraïbes en créations, de l’Ambassade de France au Congo et de l’Institut Français du Congo (Brazzaville) – Création à Brazzaville, printemps 2013 – Création en France au Cloître des Célestins / Festival d’Avignon, du 19 au 25 juillet 2013.

 

AU-DELA-photo-Christophe-Raynaud-de-Lage

© Christophe Raynaud de Lage

 

Apple has been selling sim-free ikeymonitor android iphone 5c ever since its launch in september