Cette année, la décentralisation théâtrale fête ses 70 ans et avec elle, la création des premiers CDN. Cet anniversaire est l’occasion de célébrer et de partager l’esprit de résistance, de liberté et de partage d’une France d’après guerre qui a fait le pari de reconstruire le pays et de réparer la population en affirmant avec conviction le rôle de l’art et de la culture dans ce grand chantier.

Cet héritage est un feu brûlant, celui de la création elle-même, celui qui animait les visionnaires fondateurs du Ministère de la Culture, celui des pionnier.e.s de la décentralisation, celui du Conseil national de la Résistance, de la libération. Celui, enfin, de l’humanisme.

Notre héritage nous oblige, nous anime. Notre héritage est notre avenir.

Au CDN de Normandie-Rouen, nous chérissons cette mémoire vive dans nos pratiques quotidiennes. Nous sommes convaincu.e.s de la grandeur de cet héritage, convaincu.e.s d’une culture pensée comme un service public, convaincu.e.s de la nécessité de placer la création au cœur des territoires, à la faveur des publics, convaincu.e.s de la nécessité d’une éducation populaire, par le plaisir, tout au long de la vie, convaincu.e.s que la beauté et l’intelligence appartiennent à toutes et tous.

Le CDN de Normandie-Rouen a 4 ans et est, de ce fait, le plus jeune CDN de France. Il est le seul à vocation transdisciplinaire.

Le CDN de Normandie-Rouen est un lieu public. Un lieu ouvert. Engagé. Généreux.

Des artistes hommes et femmes travaillent ici, ils et elles sont d’ici et d’ailleurs.

Ils et elles nous font rire, rêver, pleurer et réfléchir, ils et elles nous émeuvent, ils et elles nous donnent à penser le monde que nous partageons.

Notre première mission est la création d’œuvres et nous défendons avec passion la place de l’artiste dans la cité, sa liberté de création, de pensée et d’expressions. Mais notre CDN est également un lieu public avec de nombreuses responsabilités : si les citoyen.ne.s ont aujourd’hui des droits culturels inscrits dans une loi, nous, institution, avons en conséquence, des devoirs culturels.

Ces devoirs culturels sont ceux de l’éducation et de la transmission.

Nous y œuvrons avec engagement, en lien avec les collectivités, avec l’Éducation nationale, avec le milieu associatif, avec le Conservatoire de Rouen, avec l’Université de Mont-Saint-Aignan et ce, sur l’ensemble du territoire.

Ces devoirs sont aussi ceux de l’accessibilité.

Nous connaissons les empêchements nombreux à la pratique culturelle, ils peuvent être physiques, psychologiques, géographiques, sociaux, linguistiques ou liés aux origines… Nous nous engageons à tout mettre en œuvre pour réduire ces discriminations. Nous savons que la logique d’accessibilité universelle est une priorité, et qu’elle nous incombe autant qu’aux pouvoirs publics.

Ces devoirs culturels sont enfin ceux de l’acceptation de la diversité.

Diversité d’une humanité composée autant d’hommes que de femmes. Et nous sommes fièr.e.s au CDN de vous proposer des programmations respectueuses de la parité, ou qui, comme cette saison, s’en approchent au plus près.

Diversité de la population française, dont près d’un tiers n’est pas blanche, qu’il faut respecter dans ses singularités et origines, avec laquelle il faut partager et construire la culture protéiforme de demain. Le CDN contribue à une plus juste représentativité des artistes issu.e.s des immigrations dans le paysage culturel de notre pays.

Diversité des œuvres, des disciplines, des pratiques, des esthétiques et des récits dont il nous faut, responsables culturels, savoir faire état dans nos théâtres. C’est là tout le projet transdisciplinaire de notre CDN.

Pour cette saison 4, nous invitons de nouveaux artistes associé.e.s, des créateurs et des créatrices venu.e.s du théâtre, des arts visuels ou des arts de la performance. Nous sommes heureux de vous présenter Gurshad Shaheman, Rébecca Chaillon, Mehdi-Georges Lahlou et Lorraine de Sagazan. Ronan Chéneau est toujours l’auteur associé du CDN, il en écrit le roman. Cette saison les grands noms de la scène internationale vont côtoyer la vitalité des artistes de notre territoire. Cette saison, les écritures scéniques les plus innovantes vont dialoguer avec les grands textes de notre répertoire, ceux de Corneille, de Racine, d’Horvát, de Wedekind ou de Gorki…

Cette saison, nous accueillons la MAM galerie dans nos murs. Marie-Andrée Malleville propose une programmation d’art contemporain dans les différents lieux du CDN et dans l’espace public.

Cette saison nous offre également la joie de retrouver nos partenaires de cœur que sont le Festival Art et Déchirure qui nous plonge dans la relation intime qu’entretiennent l’art et la folie, avec le Festival Spring qui fait la part belle au cirque nouveau dans toute la Normandie, le Frac Normandie Rouen qui sait si bien ce qu’une œuvre d’art peut avoir de publique. Mais aussi avec le 106, les cinémas Omnia et Ariel, la librairie Colbert, la Maison de l’Université, l’Atelier 231, l’espace les Vikings à Yvetot…

Cette saison vous propose de rejoindre le laboratoire des spectateurs et des spectatrices, espace de convivialité dans lequel vous retrouvez et rencontrez les artistes, les penseurs, les penseuses, les personnalités qui vont fabriquer avec vous les événements marquants de cette saison 4.

Un théâtre est un espace politique, dans ce que le politique a de meilleur à nous offrir. Nous travaillons quotidiennement avec le milieu associatif et citoyen de notre territoire : avec l’Apmar, les Restos du cœur, avec le CHU de Rouen, avec Médecins du Monde, avec les CCAS, avec le collectif Les Amigrants et tant d’autres… Nous sommes engagés avec elles, avec eux et avec vous à affirmer la générosité d’une région toute entière, d’une population sachant être protectrice des plus fragiles d’entre nous et sachant accompagner les nouveaux normands que sont les réfugié.e.s fuyant parfois les guerres et souvent la misère.

Les défis de ce début de XXIe siècle sont immenses. Notre cohésion sociétale est abîmée et est à réparer d’urgence face aux replis identitaires, pour faire face à la méconnaissance qui fait naître la haine de toute part. Quand l’ignorance génère la peur, accouche du pire de nous-mêmes, de monstruosités telles que la flambée de l’extrême-droite, le mépris de son prochain, l’égoïsme, la méfiance généralisée, le communautarisme haineux, le dévoiement des religions, nous, lieu de création et de culture, nous devons d’affirmer la connaissance, l’intelligence, le lien social, plus que jamais l’humanisme, plus que jamais la fête et la joie d’être ensemble, le bonheur de faire peuple.

Ces défis ne nous effraient pas, nous nous engageons à faire notre part, dans l’esprit de reconstruction, de cohésion et de partage qui est celui de chaque CDN depuis 70 ans. Et le nôtre depuis notre création.

Réparer les vivants peut être un programme, nous y contribuons depuis l’endroit de l’artistique, de l’éducation et du culturel. Et ce programme, le voici. Nous vous souhaitons une très belle saison 4.

Ce CDN est le vôtre.

DAVID BOBÉE directeur du CDN de Normandie-Rouen