Vous aimez chanter ?

Pour son concert, le musicien et slammeur Fred Nevché constitue une chorale éphémère !
Si vous aimez chanter, n’hésitez pas, vous êtes toutes et tous les bienvenu-e-s à participer.
Contactez Amélie Vian au 02 35 89 63 41 ou par mail à amelie.vian@cdn-normandierouen.fr

Les ateliers auront lieu le samedi 30 mars à 14h, le lundi 1er avril à 18h30 et le mercredi 3 avril à 18h30. Les concerts auront lieu les soirs du Festival, du 4 au 6 avril 2019. Pour plus d’informations, contactez-nous !


Programme du Festival


4 AVRIL
18h30 au #LaboVictorHugo : lecture de deux textes
La mer est ma nation, Hala Moughanie
La Grande ourse, Penda Diouf
puis concert du poète slammeur Fred Nevché, avec la présence d’amateurs et amatrices
20h30 au Théâtre des deux rives : Les Inamovibles, texte de Sedjro Giovanni Houansou, mise en scène David Bobée

5 AVRIL
18h30 au #LaboVictorHugo : lecture de deux textes
Camp Sud, Joel Amah Ajavon
La fabrication de l’homme, Sufo Sufo
puis concert du poète slammeur Fred Nevché, avec la présence d’amateurs et amatrices
20h30 au Théâtre des deux rives : Les Inamovibles, texte de Sedjro Giovanni Houansou, mise en scène David Bobée

6 AVRIL
18h30 au #LaboVictorHugo : lecture de deux textes
Trans-maître, Mawusi Agbedjidji
Le Iench, Eva Doumbia
puis concert du poète slammeur Fred Nevché, avec la présence d’amateurs et amatrices
20h30 au Théâtre des deux rives : Les Inamovibles, texte de Sedjro Giovanni Houansou, mise en scène David Bobée

Auteurs et autrices du Festival

Photo Mawusi Agbedjidji

Mawusi Agbedjidji est né à Lomé au Togo, et s’est formé à l’Université Paris 10 Nanterre. En tant que metteur en scène et lauréat des dispositif Afrique et Caraïbes en création de l’Institut Français de Paris, il est accueilli au festival des Francophonies en Limousin. En tant qu’acteur, il a travaillé avec David Bobée sur plusieurs projets, en France et à l’étranger. Il a travaillé également sous la direction de Anne Tismer, au Goethe Institut de Bruxelles, de Paris et de Lomé. Il présente au Festival son texte Trans-maître(s), lauréat Domaine français des Journées des Auteurs de Lyon (2018) et de l’Aide à la Création Artcena (2018).

Photo Joel Amah Ajavon

Joël Amah Ajavon est auteur, comédien et metteur en scène. Il a été formé à l’école Studio Théâtre d’Art de Lomé. Il est lauréat des Scènes du Théâtre Francophone d’Afrique Centrale en 2010, co-fondateur de la Compagnie Artistique Carrefour, et a dirigé le Festival International de Théâtre de Maison de 2012 à 2017. Il est membre du réseau d’auteurs Escale des Ecritures. Ses pièces sont essentiellement publiées aux Editions Awoudy au Togo. Il est l’auteur de Camp Sud, histoire simple et belle, quoi qu’improbable, entre une touriste française paumée et un garçon qui l’héberge chez lui, dans un pays situé en Afrique de l’ouest.

Photo Penda Diouf

Penda Diouf obtient un DEA en études théâtrales à La Sorbonne. En 2007, son texte Poussière est sélectionnée par le bureau des lecteurs de la Comédie Française. Elle a travaillé à la MC93-Bobigny et a été secrétaire générale de l’association antiraciste Les Indivisibles. Sa pièce Le symbole fait l’ouverture du Festival des Francophonies. En 2017, elle participe à la 3ème saison des Intrépides, initiative de la SACD visant à promouvoir la diversité. « J’écris essentiellement des personnages féminins racisés. L’art et
l’écriture ne peuvent être déconnectés d’un environnement social, culturel, politique. » explique-t-elle à propos de son écriture.

Photo Eva Doumbia

Eva Doumbia nait et grandit dans la banlieue du Havre. Elle fonde en 1999 entre Marseille et Abidjan la compagnie La Part du Pauvre/Nana Triban. Sa démarche artistique questionne poétiquement les identités multiples, et tente la construction sensible de ponts entre différents mondes. Membre fondatrice de « Décoloniser les Arts », elle contribue à l’ouvrage du même nom (2018), et est actuellement artiste associée aux Ateliers Médicis à Clichy Montefermeil. Elle prépare également la mise en scène de son texte Le iench, sélectionné par le comité de lecture du Théâtre du Rond Point et présenté aujourd’hui au Festival.

Photo Hala Moughanie

Hala Moughanie vit au Liban. Ses textes veulent décortiquer les modes d’être au monde en questionnant la notion d’identité et la manière dont elle s’articule par rapports à la relation aux autres, aux territoires habités ou imaginés et à l’histoire. Ce faisant, elle cherche à aborder la langue – dont les usages formels font partie intégrante des systèmes politiques – de manière nouvelle afin que les mots se ressaisissent de leurs sens profonds. Elle présente dans le cadre du Festival sa deuxième pièce, La mer est ma nation (2017), Prix du quartier des auteurs du Tarmac 2018 et ayant reçu l’aide à la création d’ArtCena.

Photo Sufo Sufo

Sufo Sufo est auteur, comédien et metteur en scène. Il a écrit une dizaine de pièces dont plusieurs sont sélectionnés par des comités de lectures, dans le cadre des Prix Théâtre. Il est publié aux éditions Espace 34, Editions Lansman, ETGSO, Dramedition, Editions Awoudy Il est plusieurs fois en résidence en Afrique, en France, en Pologne, au Canada, Suisse…, ses textes sont joués et lus dans ces mêmes pays et ailleurs. Il a reçu le Prix SACD de la dramaturgie de langue française en 2017 et est lauréat du Prix des Écrivains Associés du Théâtre 2018 pour son texte Debout un pied paru aux Editions Espace 34. En 2018, Par tes yeux est crée lors du 35 festival des Francophonies de Limoges.

Sedjro Giovanni Houansou, lauréat du Prix RFI Théâtre

Chaque soirée du Festival se termine au Théâtre des deux rives, avec la mise en scène par David Bobée du texte Les Inamovibles, lauréat du Prix RFI Théâtre 2018.
Découvrez l’auteur dans une vidéo de Siegfried Forster pour RFI.

Avec une grande émotion, l’auteur béninois Sedjro Giovanni Houansou a reçu dimanche 30 septembre le Prix RFI Théâtre 2018 à l’occasion des Francophonies en Limousin. « C’est la plus grande reconnaissance que j’ai eue depuis que j’écris. » Pour l’auteur de 31 ans, né à Cotonou, « l’écriture théâtrale est un cri ». Son texte couronné, « Les Inamovibles », est dédié aux émigrés morts dans la mer Méditerranée et parle d’une manière originale et inattendue du retour impossible des émigrants dans leur propre pays.