Le centre André Malraux et la radio HDR organisent cinq rencontres radiophoniques ouvertes au public, pour comprendre la radicalisation. Cette série de rencontres se prolongera sur le terrain : groupes de paroles, actions parentalité ; actions sur le vivre-ensemble auprès des plus jeunes… Le phénomène est complexe, il convient de prendre le temps de la réflexion. Les cinq rencontres radio seront animées par Elyamine Settoule, maître de conférences au Conservatoire National des Arts et Métiers de Paris et chercheur associé au sein de l’Institut de Recherche Stratégique de l’Ecole Militaire.

Logo Centre André Malraux

Le CDN tient à relayer ces réflexions. La problématique de la radicalisation est au cœur d’un des spectacles de la saison : « Moi, la mort, je l’aime comme vous aimez la vie », créé à partir de la retranscription des derniers échanges entre Mohamed Merah et les policiers durant le siège de son appartement le 22 mars 2012. En écho à ce spectacle, découvrez ci-dessous le programme du Centre André Malraux.

Et rejoignez l’événement Facebook !

Jeudi 8 novembre : Qu’est-ce que la radicalisation ?

De 14h30 à 16h30
Au centre André Malraux
Avec Ouisa Kies, sociologue spécialiste de la radicalisation islamique. Entre 2011 et 2013, Ouisa Kies a mené une étude sur les processus de radicalisation en prison dans cinq établissements français.

Jeudi 7 décembre 2017 : Radicalisation et quartiers populaires

De 14h30 à 16h30
À l’auditorium de la Bibliothèque Simon de Beauvoir
Avec Eric Marlière, sociologue, chercheur au Centre de Recherches « Individus, Epreuves, Sociétés ». Il travaille plus spécifiquement sur la question de la disparition de la classe ouvrière et ses conséquences sur les enfants d’ouvriers et d’immigrés appelés communément jeunes « de cité » et/ou « de banlieue ». Ses recherches actuelles connectent ces thèmes aux phénomènes de radicalisation.

Jeudi 11 janvier 2018 : Radicalisation et identité

De 14h30 à 16h30
Au centre André Malraux
Avec Vincent Martigny, maître de conférences en science politique à l’Ecole Polytechnique. Ses recherches s’inscrivent dans le champ des études du nationalisme et portent notamment sur les manifestations contemporaines du nationalisme français, les débats relatifs à « l’identité nationale », et les usages politiques de la culture.

Jeudi 8 février 2018 : Radicalisation et Internet

De 14h30 à 16h30
Au centre André Malraux
Avec Séraphin Alava, professeur des universités à l’université de Toulouse. Il y enseigne la sociologie des usages techniques, l’étude des pratiques numériques, le TICe. Il y aborde aussi l’action enseignante en contexte difficile et l’étude du décrochage scolaire et social. Il est également spécialisé sur la sociologie de l’éducation et notamment les processus d’éducation sombre conduisant à la radicalisation ou à l’action violente des jeunes. Il dirige le projet européen H2020 PRACTICIES destiné à décrypter la radicalisation sur internet.
Et Hassa Hussein, sociologue des médias et du genre est docteure de l’Université Libanaise et de l’Université de Bordeaux. Elle est également Ingénieure de recherche du projet européen PRACTICIES H2020 sur la Prévention de la radicalisation dans les Villes, Université de Toulouse 2, Jean Jaurès. Elle travaille actuellement sur la propagande djihadiste par l’image et le texte et les mécanismes de radicalisation qu’elle peut entraîner chez les jeunes

Jeudi 15 mars 2018 : Radicalisation et déradicalisation/désengagement

De 14h30 à 16h30
Au centre André Malraux
Avec Moussa Khedimellah, sociologue. Il a réalisé une des premières recherches en France sur l’islam dans les prisons avec Farhad Khosrohavar (2001-2003), puis celle sur racisme et l’antisémitisme avec Michel Wieviorka. Il intègre une grande entreprise du CAC 40 à un poste stratégique (2005). Spécialiste du fait religieux, Il vient de remporter avec l’IEPP (2016) le seul appel d’offre pour un diagnostic de recherche-action sur le potentiel de radicalisation en France.