Le labo des spectateurs, spectatrices

Galin Stoev : « J’aimerais bien me percevoir comme Treplev, mais je suis gravement Trigorine ».

Verbatimou simplement « ce qu’on s’est dit ». Extraits retranscrits mot à mot de nos échanges, de nos rencontres avec les invité.e.s du Labo, en marge des spectacles : chercheur.euse.s, écrivain.e.s, artistes de toutes disciplines... Comme autant d’instantanés de paroles, de choses attrapées au vol.

 

Extraits d’une rencontre avec Galin Stoev en visioconférence et diffusée sur la plateforme facebook live le jeudi 26 novembre, pour son spectacle La DOUBLE inconstance. Animée par Ronan Chéneau (artiste permanent, auteur) et Fabien Jean (chargé des relations publiques et de l’action culturelle, référent handicap).

Galin StoevGalin Stoev © Ivana Kalvacheva

Galin Stoev est comédien et metteur en scène, né à Varna en Bulgarie, diplômé de l’Académie nationale des arts du théâtre et du cinéma à Sofia il créé rapidement de nombreux spectacles notamment au Théâtre National. Après plusieurs années en Bulgarie, Galin Stoev pdevient artiste en résidence au Royal National Theatre de Londres, puis en Allemagne, puis en Belgique. Il crée la compagnie Fingerprint en 2005 à Bruxelles, il est associé au Théâtre de Liège ainsi qu’au Théâtre National de la Colline à Paris. Les spectacles de Galin Stoev sont créés et joués un peu partout dans le monde.

Galin Stoev a commencé par les répertoires classiques (Corneille, Strindberg, Shakespeare, Eschyle, Büchner, Brecht, Musset, etc.) pour peu à peu s’ouvrir au répertoire contemporain (Mishima, Harold Pinter, Tom Stoppard, Philip Ridley, etc). Il fait découvrir l’auteur Russe Ivan Viripaev au public français en créant sa pièce Oxygène qui remporte un grand succès. Il crée dans la foulée Genese 02 même auteur au Festival d’Avignon 2006. L’année suivante, il commence sa collaboration avec la Comédie-Française, met en scène La Festa, de Spiro Scimone (2007), Douce vengeance et autres sketches d’Hanokh Levin (2008), L’Illusion comique de Pierre Corneille (2008), Le Jeu de l’amour et du hasard de Marivaux (2011) et Tartuffe de Molière (2014).

Galin Stoev retourne régulièrement en Bulgarie, où il collabore avec la jeune auteure Yana Borissova les versions bulgares de Petite Pièce pour une chambre d’enfant (Prix 2009 du meilleur spectacle, du meilleur texte et de la meilleure mise en scène en Bulgarie) et de Les Gens d’Oz (2013). Sa dernière pièce est La DOUBLE inconstance de Marivaux en 2019.

La DOUBLE Inconstance« La DOUBLE inconstance » mis en scène par Galin Stoev © Marie Liebig

Ronan Chéneau, CDNGalin, nous allons passer ensemble à une séquence inédite de mise en lumière, de toi et de ton travail, on la teste avec toi, le principe est simple : question courtes, réponses si possible assez courtes. Séquence mise en lumière : Interview projo !

R. Chéneau, CDNGalin, est-ce que tu es visio ? …ou plateau ?

Galin StoevPlateau ! Plateau…

R. Chéneau, CDNTu as besoin du plateau, évidemment…

G. StoevOuais. Ouais…

R. Chéneau, CDNEst-ce que tu es philo ?

G. StoevJe suis filou. Et parfois philo…

R. Chéneau, CDNEst-ce que tu es Charlot ? Charlie Chaplin bien sûr…

G. StoevCharlot ? Oui, oui. Parfois je n’en suis pas conscient, mais parfois ça ressort oui.

R. Chéneau, CDNEst-ce que tu es vidéo ?

G. StoevOui : VHS.

R. Chéneau, CDNMais y a aussi pas mal de vidéo dans tes spectacles quand même ?

G. StoevOui c’est vrai, c’est vrai… Bah tu sais, c’est un truc contemporain… contemporain… tout ça ! Mais en fait, non, les spectacles où il y a beaucoup de vidéo ça m’agace de plus en plus. Je ne sais pas, quand tu es metteur en scène tu es toujours déchiré entre ces deux choses, il y a quelque chose qui est un peu old school où c’est tellement bien de pas avoir toute cette technologie, toute cette merde autour et d’avoir un contact direct… Et puis, tu vois un beau spectacle de quelqu’un d’autre avec la vidéo présente d’une manière hyper intelligente, et tu te dis : « ah quand même c’est bien ça, c’est bien. » Et alors tu essaies… Mais en général je pense que la vidéo c’est comme la lumière ou comme le son ou les costumes dans un spectacle, c’est un élément, c’est une facette mais pas plus.

ILE« Ile » mis en scène par Galin Stoev © Francois-Passerini

R. Chéneau, CDNEst-ce que tu es décentralo ?

G. StoevHum… (Temps.) Parfois très tôt le matin…

R. Chéneau, CDNEst-ce que tu es impro ?

G. StoevEcoute… Je pense que oui. A force de le répéter : oui.

R. Chéneau, CDNEst-ce que tu es rétro ?

G. StoevGrave !

R. Chéneau, CDNEst-ce que tu es gaucho ?

G. StoevOui, oui… C’est un peu compliqué vu mon histoire et tout ça, mais c’est inévitablement oui.

R. Chéneau, CDNEst-ce que tu es bobo ?

G. StoevJe pense que j’ai passé l’âge.

R. Chéneau, CDNEst-ce que tu es Zorro ?

G. StoevHaha… A 3 heures du matin seulement.

R. Chéneau, CDNEst-ce que tu es Melquiot ?

G. StoevEuh je sais pas. Je sais pas…

R. Chéneau, CDNEst-ce que tu es Rodrigo ?

G. StoevOh lala y a des références qui m’échappent. Non, j’aimerais bien y être, mais je pense que je ne suis pas apte.

R. Chéneau, CDNEst-ce que tu es pédago ?

G. StoevOui oui, oui…

R. Chéneau, CDNEst-ce que tu es vélo ?

G. StoevOui !

R. Chéneau, CDN…Ou Merco ?

G. StoevNon non ! vélo ! vélo électrique…

R. Chéneau, CDNVélo électrique ?

G. StoevOui pour l’instant, c’est un peu tricher, mais comme j’habite sur une colline pour rentrer après, c’est dur, alors…

R. Chéneau, CDND’accord, donc pas Merco, pas du tout…

G. StoevHmf…

R. Chéneau, CDNEst-ce que tu es Zingaro ?

G. StoevHahaha… Oui j’adore. Oui : derrière les barres.

R. Chéneau, CDNEst-ce que tu es Maestro ?

G. StoevOh ça c’est pas à moi qu’il faut poser cette question… Demande au nounours qui est derrière toi…

R. Chéneau, CDNAh ? On peut peut-être lui demander si tu es : Bistro ?

G. StoevOui ! oui bien sûr… Qui n’est pas bistro ici ?

R. Chéneau, CDNEst-ce que tu es mercato ?

G. StoevJe ne sais même pas ce que ça veut dire…

R. Chéneau, CDNC’est le transfère des joueurs de football d’une équipe à un autre. Est-ce qu’il y a beaucoup de transfère dans ta compagnie, avec les actrices et acteurs ?

G. StoevOh oui oui oui ! Je veux faire tout avec tout le monde.

R. Chéneau, CDNEst-ce que tu es France info ?

G. StoevHmf… Nooon. Pas beaucoup.

R. Chéneau, CDNEst-ce que tu es Picasso ou Pissaro ?

Pissaro. Je me méfie de Picasso il a fait trop de thunes…

R. Chéneau, CDNAlors rien à voir : Est-ce que tu es Trigorine ou Treplev ?

G. StoevJ’aimerais bien me percevoir comme Treplev, mais je suis gravement Trigorine… C’est un peu triste. Oui, Trigorine absolument… Mais j’ai vu une mouette récemment, en captation, d’un allemand, un magnifique Jürgen Gosch, son Trigorine dans ce spectacle est incroyable, incroyable… Il est encore plus coincé que Treplev et là ça devient hyper intéressant parce que tu comprends tout de suite que Trigorine est hyper coincé mais que c’est un bon auteur, alors que Treplev, pas du tout… Et puis Treplev, il ne faut pas oublier que c’est un jeune homme extrêmement désagréable quand même, il fait chier tout le monde pendant toute la pièce…

R. Chéneau, CDNBon, je ne te demande pas si tu es : Marivaux ?

G. StoevEcoute, je voulais faire des efforts pour apprendre le Français et je l’ai fait avec Marivaux, en le mettant en scène. Parce que je ne comprenais absolument rien, alors je pose la question aux comédiens : qu’est-ce que ça veut dire ? ça, qu’est-ce que ça veut dire ? C’est comme ça… Mais je continue à ne pas comprendre au moins 30 % de qui se passe dans ses textes, mais je le mets en scène quand même !

R. Chéneau, CDNEst-ce que tu es : Audio ?

G. StoevAudio ? Oui oui tout à fait, radio, audio…

R. Chéneau, CDNTu travailles avec des compositeurs je crois ?

G. StoevOui j’ai travaillé avec plusieurs. Là récemment depuis deux créations j’ai travaillé avec Joan Cambon musicien, électro aussi, extrêmement intéressant, qui travaille au théâtre de la cité et qui est de Toulouse…


Fichier audio

Écoutez l'intégralité de la rencontre — Enregistré le 26 nov. 2020 — Télécharger

 

L'accueil billetterie sera fermé du 25 février au 4 mars inclus.
+